muxx


La fascination du grand large…
June 16, 2007, 1:31 am
Filed under: LEITURAS, PORTUGAL

Jerónimos em Lisboa

Comme l’a écrit Fernando Pessoa : « Toutes les nations sont des mystères, et chacune un mystère par elle seule ». C’est particulièrement vrai dans notre cas. Les Portugais ont l’habitude de considérer leur histoire comme une énigme. Ils ont seulement conscience d’avoir été un peuple porté par une vocation messianique. Ils se sentent, en effet, les héritiers d’une sorte de nation-navire qui a accompli son rêve, abandonnant très tôt le petit rectangle de la péninsule Ibérique où elle était à l’étroit, pour se transporter loin de l’Europe, jusqu’aux confins de l’Océan Indien. Là-bas, loin de ses racines, voici une singulière nation qui a tenté de fonder, sous la bannière du christianisme, un empire planétaire. […]

Malgré ou à cause de ce penchant onirique, les Portugais, en tant qu’individus, sont dépourvus à un degré rare d’un sentiment tragique de leur destin. C’est comme si depuis toujours, le suave paysage portugais avait conditionné leur manière de vivre, et même leur hégémonie dans le monde, à l’époque où le Portugal y a joué les premiers rôles. De ce lointain passé, il semble que nous ayons hérité d’un sentiment de fatalité, a vrai dire très…Oriental. D’ailleurs, en y réfléchissant, nous pouvons découvrir une certaine analogie entre la soumission a Dieu et sa volonté souveraine telles que la culture islamique les prône, et la confiance spontanée et naïve en la Providence, trait caractéristique des Portugais. D’autant que notre histoire, au total, représente l’une des pages les moins tragiques de la Vielle Europe. La guerre civile, par exemple, ne fut jamais notre sport favori. […]

Lorsqu’ils ont perdu leur empire, les Portugais, à mi-chemin entre la réalité et le fantasme, ont assuré collectivement que cette disparition peu glorieuse d’un monde qui s’étendait de Rio de Janeiro à Malacca ne leur l’importait guère. N’en croyez rien. Lors de notre retour à la case départe, dans notre petit rectangle ibérique, nous fîmes comme si nous n’étions jamais partis, et surtout comme si nous avions oublié ces voyages qui nous ont donné la seule image qui nous distingue d’autres peuples : ce fut une réaction à la fois pathétique et pitoyable. […]

Oui, pas de doute : nous sommes les plus orientaux des Européens !

Leitura de praia. Obrigado a quem pagou os selos para me enviar a GEO Hors-série PORTUGAL. Em cima copiei alguns excertos do artigo de abertura escrito por Eduardo Lourenço.


5 Comments so far
Leave a comment

Vê lá se não queres digitalizar alguns dos artigos e fazer um lindo pdf para me mandares por mail.

Comment by guictx

posso muito bem tentar, só não sei quando. se ainda conseguires encontrar a revista à venda merece que a compres.

Comment by mmux

Negativo para os quiosques do aeroporto de Amsterdão, para um da estação de combóios de Roterdão e para outro do aeroporto de Copenhaga. O número deve ter esgotado tal a ânsia de conhecer Portugal.

Comment by guictx

porra, já foste para o estrangeiro!?

Comment by mmux

É verdade.

Comment by guictx




Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: